Concours de plaidoirie, Édition 2015-2016

 

Concours de plaidorie 2015 - Gagnant Cégep

Un peu d’histoire

Depuis 2011, le Concours de plaidoirie de Juripop se veut un eactivité formatrice pour les élèves qui s’intéressent de façon générale au droit et à la justice. Bien que la trame factuelle soit la même pour tous, les élèves du secondaire et les étudiants du collégial s’affrontent dans deux compétitions distinctes.  Pour l’édition 2015-2016, des écoles secondaires et des cégeps de plusieurs régions du Québec (Montréal, Sherbrooke, Québec) participeront à la joute .

Le concours se veut un outil pédagogique pour allumer l’intérêt des jeunes envers l’art de la plaidoirie. Il consiste en la simulation d’un procès criminel selon une mise en contexte qui s’inspire de différentes causes jurisprudentielles.

Le concours se déroule en trois temps au secondaire comme au cégep. Le Concours se déroule d’abord au niveau régional, dans chacune des villes visées, où les écoles en compétition se disputent le titre de la meilleure performance, en quart de finale. Ce sont les performances et la valeur en droit des arguments avancés par les étudiants qui départageront les équipes plutôt que la partie qui remportera le procès. Les quarts de finale ont lieu en début février sur les campus universitaires, alors que les demies-finales et la grande finale ont lieu la même journée, à la mi- avril, a la Cour d’appel du Québec a Montréal. Nous tentons ainsi de plonger les participants dans un vrai procès de la façon la plus réaliste possible, ce qui inclut notamment le décorum de la Cour (salle d’audience, toge, rabat) et la mise en scène (greffier, témoins, accusé, victime, procureurs et juge).

À ce jour, les finales ont été présidées par l’honorable Marie Deschamps, ex-juge à la Cour Suprême du Canada, l’honorable Jacques Fournier et l’honorable Clément Gascon, tous deux juges à la Cour d’Appel du Québec, l’honorable Pierre E. Labelle, juge coordonnateur adjoint à la Chambre criminelle et pénale à la Cour du Québec et l’honorable Marc David, juge coordonnateur de la Chambre criminelle de la Cour supérieure. Le concours jouit ainsi d’une grande réputation dans la communauté juridique.

Une simulation réaliste …

Un procès comprend toujours une certaine dose de passion, et c’est cette ambiance que nous tenons à recréer dans les différentes étapes de notre concours de plaidoirie. C’est pourquoi nous tenterons de reproduire l’ambiance d’un procès de la façon la plus réaliste possible. Ainsi, nous envisageons de mettre en scène des témoins, un accusé, deux procureurs de la Couronne, deux avocats de la défense, un juge et un jury. Ces rôles seront joués par les étudiants, sauf en ce qui concerne ceux du juge et du jury. À ce titre, nous tenons à faire appel à des juges en poste ou à la retraite pour présider les procès, à des avocats pour effectuer le mentorat et à des personnalités émérites pour les membres du jury. De plus, comme nouveauté cette année, Mme Michelle Courchesne (ex-ministre de l’Éducation) ainsi que Monsieur Bernard St-Arnaud (ex-ministre de la Justice) agiront en tant que coprésidents d’honneur et porte-paroles de l’Édition 2016 du Concours de plaidoirie Juripop.

Nous sollicitons l’aide d’un responsable dans chacune des écoles qui nous aidera à titre d’intermédiaire sporadiquement, par exemple, en ce qui concerne la réservation d’un local dans l’école pour permettre à l’avocat et aux étudiants universitaire de rencontrer son équipe.

Le synopsis de cette année …

« Le Concours de plaidoirie Juripop – Édition 2015-2016 aborde cette année le thème de la rupture amoureuse chez les jeunes adultes. La trame factuelle raconte la rupture de deux collégiens, Benjamin Mercier et Juliette Bélanger, après quatre années de relation amoureuse. C’est Juliette qui, peu de temps avant la Saint-Valentin, décide de laisser Benjamin. Elle ne l’aime plus. Lui si. Tout ce qu’il veut, c’est la récupérer. Elle qu’il la laisse tranquille. Il ne dort plus, pleure souvent, ne mange presque plus et se demande ce qu’il peut bien faire pour qu’elle lui revienne. Dans sa tourmente, Benjamin sombre dans une spirale descendante : avalanche de textos, surveillance de son ex, menace de dévoiler une photo osée sur les réseaux sociaux … Benjamin Mercier est arrêté le 23 avril 2015 pour harcèlement criminel et extorsion à la suite de la plainte de Juliette Bélanger »

La cause complète sera dévoilée au cours de l’automne 2015 …

Pour toute question supplémentaire, n’hésitez pas à communiquer avec Me Julie Langlois à jlanglois@juripop.org ou au 450-845-1637.