Présentées par la Centrale des Syndicats du Québec (CSQ), le samedi 18 avril dernier avaient lieu les finales nationales du Concours de plaidoirie Juripop 2015 – 5e édition à la Cour d’appel du Québec, à Montréal, à la fois pour les écoles secondaires et les CEGEP. Suite à des luttes serrées entre les équipes finalistes, c’est l’équipe du Collège Ahuntsic qui a remporté la victoire face au Collège Maisonneuve au niveau collégial. Pour la compétition des écoles secondaires, la victoire a été acquise par l’équipe du Lower Canada Collège face à l’école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry.

Des certificats de participation ont été remis par M. Pierre Jobin et Madame Line Camerlain, respectivement le 3e vice-président et la 2e vice-présidente de la Centrale des syndicats du Québec, partenaire financier principal du Concours de plaidoirie Juripop 2015.

Acclamée depuis sa première édition cette activité a pour but de donner une expérience juridique des plus enrichissantes à plus de 150 jeunes du secondaire et du cégep à travers le Québec. Bien qu’ils travaillent sur la même mise-en-contexte, les élèves du secondaire et les étudiants du collégial s’affrontent dans deux compétitions distinctes.

« Cette démarche s’inscrit a fortiori dans la mission de sensibilisation au droit que la Clinique juridique Juripop s’est donnée, par laquelle les élèves du secondaire et du collégial sont particulièrement visés. En effet, à l’aube de leur entrée dans la vie citoyenne active, une bonne connaissance de leurs droits est essentielle à ces nouveaux acteurs de la vie en société.» a déclaré Julien David-Pelletier, directeur exécutif de la Clinique juridique Juripop.

Le concours consiste en une simulation de procès, selon une mise en situation se déroulant dans un cadre scolaire. Les jeunes ont été invités à comprendre les grands principes associés au cas d’un vol qualifié (344 du C Cr.). Des notions relatives à la participation à une infraction (465 (1) c), 21, 22 du C Cr.) et à la légalité d’une saisie d’un téléphone cellulaire (24 (2) et 8 de la Charte) y ont été aussi abordés. Les participants ont dû analyser le rôle du policier dans les paramètres d’une société libre et démocratique selon les critères de l’arrêt R. c. Fearon, une récente décision de la Cour Suprême du Canada..

 

Pour l’occasion, l’organisation du concours avait réuni plusieurs acteurs de la communauté juridique. La Clinique juridique Juripop souhaite remercier de leur présence l’honorable Jacques R. Fournier, juge en chef associé de la Cour supérieure, l’honorable juge Marc David, juge coordonnateur de la chambre criminelle à la Cour Supérieure, et de l’honorable Pierre E. Labelle, juge coordonnateur adjoint de la Chambre criminelle et pénale de la Cour du Québec.

La participation de Me Anne-France Goldwater, associée principale du cabinet Goldwater, Dubé, a grandement été appréciée. Juripop souhaite enfin souligner la collaboration des nombreux avocats et avocates bénévoles tel que Me Sonia Lebel et Me Simon Tremblay, respectivement procureur en chef et procureur en chef adjoint à la Commission Charbonneau et les organismes Éducaloi, Faits et Causes et SOQUIJ.

Leurs commentaires sont dithyrambiques, et tous ont salué le sérieux de la démarche des jeunes et la passion qu’ils y ont mise. Un album photo sera d’ailleurs mis en ligne prochainement sur les différentes plateformes de Juripop.

Une mention spéciale à l’entreprise familiale De Lavoy, située dans le cœur du Vieux-Montréal, qui a généreusement fournie les toges pour les participants.

En plus de choisir les équipes gagnantes, le concours soulignait le plaideur s’étant le plus démarqué sur le plan de la performance individuelle. C’est donc Matthew Tabet, du Lower Canada Collège, qui s’est vu décerner ce prix pour la qualité de sa performance et ses aptitudes de plaideur. À ce titre, Me Anne-France Goldwater lui a personnellement offert, généreusement, le paiement des frais de scolarité de sa première année à l’Université s’il choisit la voie des études de droit.

Le Concours de plaidoirie Juripop 2015 a été  rendu possible grâce à la collaboration de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Cour d’appel du Québec, l’Association des étudiant(e)s en droit de l’Université de Montréal et de l’Université de Montréal, Pro Bono Québec et de Parajuristes sans frontières Québec (PSFQ) et et la Maison De Lavoy.